Ben Arfa tente de rejoindre le PSG en stage aux USA, Donald Trump l’expulse

Privé de stage de préparation par son club, Hatem Ben Arfa a tout tenté pour rejoindre ses coéquipiers. Mais arrivé à la douane américaine, Donald Trump est intervenu personnellement pour que le joueur soit reconduit en France.

 Après une première saison plus que décevante avec le Paris Saint-Germain, Hatem Ben Arfa ne compte pas renoncer au défi de s’imposer dans le club de la capitale et promet une deuxième saison couronnée de succès. Mais alors que la direction s’active en coulisses pour tenter de lui trouver une porte de sortie, l’ancien Lyonnais fait tout pour rester au club. Non convoqué pour le stage de préparation avec l’ensemble du groupe aux Etats-Unis, Hatem Ben Arfa a décidé de prendre un avion à ses frais ce matin, pour forcer la main de son coach. Mais arrivé à la douane, l’international français est vigoureusement stoppé, comme nous le raconte son conseiller, Michel Ouazine :

« On nous a fait attendre plus de deux heures dans une pièce fermée et on a été interrogé par deux agents du FBI. Alors que nous pensions nous en sortir, le président Trump a personnellement contacté le personnel de l’aéroport pour ordonner l’expulsion d’Hatem Ben Arfa du territoire américain. »

De retour aux Etats-Unis après sa visite de courtoisie en France à l’occasion du 14 Juillet, Donald Trump n’a pas perdu de temps pour faire parler de lui. Contacté par nos soins via Twitter, le président américain tente de justifier son geste fort :

« Je vous arrête tout de suite, cela n’a rien à voir avec la consonance de son nom. Simplement, mon nouveau meilleur pote, le président Macron, m’a demandé de pourrir au maximum la préparation du PSG. D’ailleurs, je vais demander au FBI de s’intéresser de plus près à certains autres joueurs de l’effectif, notamment un certain Marquinhos qui ne m’a pas l’air très brésilien. »

Hatem Ben Arfa a de son côté déjà déposé plainte auprès de la Cours Européenne des Droits de l’Homme. D’après nos informations, son dossier aurait été jugé invalide par l’Union-Européenne, qui en a profité pour réaffirmer son amour du président français et de son club de cœur, l’Olympique de Marseille.