Incendie dans les Bouches-du-Rhône : L’urine de Froome à l’origine du drame

L’incendie qui a ravagé 800 hectares de forêt ce week-end dans les Bouches-du-Rhône aurait été provoqué par l’urine de Christopher Froome, qui passait par là à l’occasion du Tour de France 2017.

 Un véritable carnage. Depuis samedi, des centaines de pompiers luttent afin d’arrêter la course folle des flammes qui ravagent d’heure en heure plusieurs hectares de forêt. Contenu dans la journée d’hier, le feu est souvent reparti, obligeant la plupart des hommes sur place à passer la nuit au milieu des cendres. Si l’enquête est toujours en cours pour connaître l’origine du drame, la piste principale semble concernée la plus grande compétition de cyclisme au monde. Marcel Patullacci, brigadier-chef, mais agent de la paix avant tout, nous détaille les avancements de l’enquête :

« Le lieu de départ du feu a été formellement identifié et il s’agit d’un bord de route d’une étape du Tour de France. En re-visionnant l’étape, et grâce aux précieuses informations de Thierry Adam, on est capable d’identifier Christopher Froome, en train d’uriner. Une épaisse fumée noire apparaît à l’écran, mais ça n’a alerté personne pendant le direct… »

En repos pour la journée avant d’entamer la troisième et dernière semaine du Tour de France, l’actuel maillot jaune, Christopher Froome a donc reçu la visite des enquêteurs. En coopération avec l’AMA (Autorité Mondiale Antidopage), qui possède la plus grande réserve d’urine de Chritopher Froome au monde, différents tests et analyses sont réalisés. Sans appel, le résultat inquiète beaucoup les autorités :

« D’après nos premières analyses, l’urine de Christopher Froome serait considérée comme une arme de destruction massive par l’armée américaine. Deux chimistes sont morts en la manipulant sans aucune précaution. Si les réserves de l’AMA tombent entre de mauvaises mains, c’est un conflit mondial qui peut se déclencher.  »

Probablement coupable de plus grand incendie de l’été, Christopher Froome devra répondre de ses actes devant la justice. D’après nos informations, l’AMA ne devrait pas engager de poursuite, puisque les scientifiques chargés des analyses d’urines, pendant toute la durée du Tour de France, sont en réalité des stagiaires de 3ème.